Performance énergétique

Benjamin MERCURIALI / Janvier 2023

Face à la hausse brutale des prix de l’énergie, la réduction des consommations énergétiques devient un enjeu économique crucial pour les entreprises. Souvent très énergivore, le bâtiment est l’un des premiers postes sur lesquels agir. Faisons le point sur les solutions à mettre en place.

Hausse des prix de l’énergie : quelles sont les causes ?

En hausse continue depuis quelques années, les prix de l’énergie ont atteint ces derniers mois des chiffres record en France et en Europe, notamment pour les entreprises quelques soient leurs activités.

hausse des prix de l'énergie graphique

Plusieurs facteurs expliquent cette hausse brutale des prix du gros du gaz et de l’électricité, au premier rang desquels la reprise de l’activité économique et industrielle depuis l’automne 2021 après la crise Covid-19 ayant provoqué une demande accrue d’énergie dans un contexte de reconstitution des stocks.

À cela s’ajoute l’augmentation importante du prix du carbone sur le marché européen ETS (80 euros la tonne en décembre 2021, soit une multiplication par 2,4 depuis janvier 2021). Une part importante de l’électricité étant, dans l’Union Européenne, encore produite par des énergies fossiles (35% en 2020), l’augmentation des prix du gaz, du charbon et du CO2 se répercute automatiquement sur le coût de production de l’électricité.

Par ailleurs, dans un contexte d’augmentation de la demande (notamment en hiver) et d’indisponibilité d’une partie du parc nucléaire français, le phénomène est amplifié,  les centrales au gaz ou au charbon étant appelées « en renfort » pour compléter la production d’électricité nucléaire qui ne peut être stockée.

Parallèlement, la décision de la Russie de réduire drastiquement voire de couper l’approvisionnement en gaz russe sur le marché de l’UE durant la guerre en Ukraine a entraîné des répercussions immédiates sur le cours du gaz. Rappelons que la Russie était, après la Norvège, le principal fournisseur de gaz naturel de la France (17% de nos approvisionnements) et de l’Europe (45% des importations).

Hausse des prix de l’énergie : quels impacts sur les entreprises ?

Hausse des prix de vente

Non concernées par le bouclier tarifaire, les entreprises subissent de plein fouet cette hausse des prix de l’énergie, en particulier :

En conséquence, de nombreuses entreprises n’ont pas eu d’autre choix que de répercuter la hausse des prix de l’énergie sur leurs prix de vente (aux particuliers ou à d’autres entreprises), entraînant automatiquement une hausse de coût supplémentaire pour les organisations mais aussi une baisse du pouvoir d’achat des ménages.

Cette solution n’est toutefois pas toujours envisageable, notamment lorsque les contrats sont déjà établis ou si l’augmentation est trop forte pour pouvoir être répercutée sur le prix de vente. Les entreprises se voient alors contraintes de réduire leurs investissements, ou d’arrêter temporairement ou définitivement leur activité.

Enjeux dans l’immobilier

Le bâtiment représente près de 18% des émissions nationales en France, les branches commerces et bureaux étant les plus consommatrices. Mais n’oublions pas les data centers ou la logistique qui sont unitairement d’importants consommateurs. Dans un contexte de hausse des prix de l’énergie, la consommation des bâtiments tertiaires représente désormais une part significative des charges des entreprises. Dans certains cas, les charges énergétiques peuvent parfois même être supérieures au loyer lui-même.

Au-delà de l’enjeu réglementaire lié à l’entrée en vigueur de nouvelles réglementations comme le décret tertiaire et la réglementation environnementale 2020 (RE 2020), la réduction des consommations énergétiques du bâtiment devient donc aussi un enjeu économique essentiel pour les entreprises.

En matière de cession et acquisition d’actifs immobiliers, les bâtiments verts « vraiment verts » ou « plutôt sobres » deviennent automatiquement plus attractifs. C’est le cas de ceux disposant de systèmes de chauffage moins énergivores (pompes et réseaux de chaleur), ou de systèmes d’autoconsommation (éoliennes, photovoltaïques ou mixtes).

A l’inverse la cession de certains actifs, notamment énergivores, peut être plus problématique. Rappelons que la loi climat et résilience prévoit en effet dès 2023 l’interdiction progressive de la mise en location des logements “passoires thermiques” et le blocage des revalorisations locatives.

Les passoires énergétiques classés F et G du DPE constituent la cible prioritaire des politiques publiques de rénovation du parc de logements, compte tenu du caractère élevé de leur consommation énergétique et de l’exposition de leurs occupants à des risques de précarité énergétique.

Les biens classés F ou G font ainsi progressivement l’objet de dispositions visant à :

Il en est de même pour le montage des dossiers de financement de ces actifs, pour lesquels les partenaires bancaires tiennent de plus en plus compte du critère de performance énergétique réelle des actifs.

Hausse des prix de l’énergie : quelles solutions pour les entreprises ?

Aides du Gouvernement

En 2022, le Gouvernement a mis en place des dispositifs d’aide visant à soutenir les entreprises face à la flambée des prix de l’énergie, notamment :

Ces dispositifs seront reconduits en 2023. Un amortisseur d’électricité sera quant à lui mis en place à compter du 1er janvier 2023 pour toutes les PME non éligibles au bouclier tarifaire.  

👉 Tout savoir sur les dispositifs d’aide mis en place.

Privilégier les offres de tarification à prix fixe

Dans le contexte actuel, la sélection d’un contrat de fourniture d’énergie en privilégiant un prix fixe peut être une solution pour réaliser des économies sur les factures de gaz et d’électricité. Dans le cadre de ces offres de fourniture d’électricité et en fonction du moment de l’année ou elles sont émises, il convient de regarder en sus la prise en compte du mécanisme « ARENH » qui peut permettre également de belles économies, en acceptant le risque induit d’écrêtement en fin d’année et la volatilité associée.

👉 AEGILIM vous accompagne dans l’analyse de vos offres de fourniture actuelles, dans la définition de vos stratégies d’achat énergétique, et les déploie pour vous. N’hésitez pas à nous contacter.

Réduire les consommations énergétiques des bâtiments

Qualifier si le bâtiment est réglé conformément à ses usages (commissionnement)

Dans un actif tertiaire, les utilisateurs ne sont généralement pas les exploitants du bâtiment. Cette exploitation est confiée à des sociétés de maintenance mandatées soit par l’utilisateur, soit par le propriétaire de l’actif. Du coup, s’assurer que le bâtiment a été réglé (horaire de démarrage et d’extinction du chauffage, de la ventilation…) conformément à l’usage qui en est attendu est une action simple, peu onéreuse, permettant de générer rapidement de premières économies d’énergie. Une action qui permet aussi de s’assurer que le bâtiment est bien en « réduit » les jours fériés, et que des équipements consommateurs ne démarrent pas de manière impromptue.

💡 La mise en place d’une surveillance du commissionnement du bâtiment permet de réduire de 10% la consommation moyenne d’un patrimoine.

Mettre en place une Gestion Technique des Bâtiments (GTB)

Dans un actif tertiaire, les sources de consommations énergétiques sont multiples (chauffage, éclairage, climatisation). Identifier les plus énergivores et suivre les consommations sur la durée avec précision est essentiel pour réduire efficacement les consommations. Cette action permet, lorsqu’elle est exploitée, de pousser plus loin les recherches d’économies évoquées. Enfin, notons qu’un décret rend obligatoire le déploiement de systèmes de ce type dans les bâtiments disposant de systèmes thermiques d’une puissance supérieure à 290 kW d’ici 2025. 

💡 La mise en place d’une gestion technique des bâtiments (GTB) permet de réduire de 20% la consommation moyenne d’un parc de bâtiments.

Agir sur les principaux postes de consommation d’énergie du bâtiment

Les principaux postes à considérer seront :

La mise en place d’actions de sobriété énergétique (réduction de la température moyenne de chauffage, utilisation raisonnée de l’éclairage…) est un moyen simple et efficace de réduire la facture énergétique des entreprises.

Réaliser des travaux d’isolation et d’efficacité énergétique

Plus onéreuse, la réalisation de travaux d’isolation thermique ou de rénovation énergétique permet d’optimiser efficacement la performance énergétique d’un patrimoine. Certains dispositifs (aides de l’ADEME, certificats d’économies d’énergie, prêt éco-énergie de BPI France, aides locales des collectivités) peuvent permettre aux entreprises de réduire les coûts liés à leurs actifs tertiaires.

Recourir aux énergies renouvelables

L’augmentation du prix de l’électricité, couplée à la diminution des coûts de production des installations d’électricité renouvelable, rendent aujourd’hui particulièrement intéressante et compétitive la mise en place de systèmes d’autoconsommation.

Qu’il s’agisse de sites industriels, d’entrepôts logistiques ou encore de supermarchés, tous bénéficient généralement de surfaces de toitures ou de parkings pouvant être utilisées pour installer un système de production photovoltaïque. Il s’agit d’une solution accessible à beaucoup d’entreprises, permettant de réduire efficacement leur facture énergétique.

Au-delà des économies d’énergie réalisées, l’autoconsommation peut aussi permettre à l’entreprise de disposer d’un complément de revenus en revendant l’électricité produite dès lors qu’elle excède le besoin de consommation. Elle contribue enfin à la transition énergétique en réduisant les émissions de gaz à effet de serre et donc le bilan carbone global des organisations.

👉 AEGILIM accompagne ses clients dans le déploiement de systèmes d’autoconsommation. N’hésitez pas à nous contacter.

Pour améliorer la performance énergétique de bâtiments de façon pragmatique, il convient en conclusion de disposer de son suivi énergétique. Ce suivi est à croiser avec les données techniques et patrimoniales dudit parc, et avec les stratégies de détention et d’entretien définies par le propriétaire et ou l’utilisateur.

Sur ces bases, une première analyse doit permettre d’identifier précisément les leviers d’action disponibles, les gisements d’économies et moyens nécessaires à leur mobilisation. Dans un second temps, un plan d’action de réduction des consommations doit être déterminé par actif, mais aussi de façon transverse par typologie d’action sur l’ensemble du patrimoine à optimiser. Ce plan d’action devra évidemment tenir compte des moyens réellement disponibles.

👉 AEGILIM vous accompagne dans la mise en place de solutions de suivi énergétique adaptées à vos besoins, dans la définition de schémas directeurs de sobriété, et dans leur déploiement. Contactez-nos Energy Managers via ce lien